Home » Algérie » 28/01/2014 communiqué 02 du Collectif des Mozabites en Europe (CME)
C.M.E Communiqué n° 02-14_Page_1

28/01/2014 communiqué 02 du Collectif des Mozabites en Europe (CME)

28/01/2014 communiqué 02 du Collectif des Mozabites en Europe (CME)

 

COLLECTIF DES MOZABITES EN EUROPE

 COMMUNIQUE N° 02-14

 du 28 janvier 2014

 

Nous, membres de la Communauté Mozabite en Europe, constatons avec grande désolation et indignation l’escalade des violences contre nos concitoyens au M’zab.

Nous condamnons ces actes criminels et ignobles avec la plus grande fermeté et appelons les autorités algériennes à assumer leurs responsabilités pour assurer la sécurité de tous les citoyens sans distinction ainsi que leurs biens et leur patrimoine.

Des scènes de terreur, d’agression et de pillage d’une extrême violence ont provoqué le décès de trois de nos frères dans des circonstances d’une barbarie inouïe et des centaines de blessés graves, plusieurs centaines de biens saccagés et incendiés. Le retour à un calme précaire n’est observé qu’après l’intervention de la gendarmerie, mais il règne encore une atmosphère tendue chargée de haine, d’animosité et de ressentiments.

Ce sont les mêmes scènes qui ont également secoué la ville de Guerrara les 24 et 25 Novembre 2013. Et c’est maintenant le tour de Berriane qui replonge dans la violence.

A quand ces violences seront-elles enfin éradiquées ?

Les Martyres Mohammed ABDERRAHMANI, Baelhadj KEBAYLI et Khaled HADJ SAID, sauvagement assassinés, sont des citoyens innocents et pères de famille connus pour leur droiture et leur conduite exemplaire. Leur seul tort a été de défendre leurs familles contre des démons acharnés au moment où les institutions qui devaient le faire ne l’ont pas fait.

Ces martyres s’ajoutent aux précédentes victimes dans des circonstances analogues : Slimani Bouasbana en 1961 à Ouargla, Chekebkeb en 1985 à Ghardaïa, Daddi Addoun père et fils en 1990 à Berriane, Ali Lassakeur, Aissa Daghour, Benzait Bachir et Kerrouchi Omar en 2008 à Berriane. Tous sont victimes du racisme aveugle et inadmissible.

Nous dénonçons avec fermeté la partialité flagrante de grand nombre de policiers dont l’intervention chaotique a été à chaque fois après embrasement de la situation. Plusieurs de ses éléments, haut placés au plan local, ont fait preuve d’une passivité indéniable et d’un parti pris aux cotés des destructeurs dont ils ont couvert leur funeste entreprise comme le montrent les différentes vidéos placées sur la toile.

Nous n’avons aucun doute quant à la volonté de tous algériens intègres à arriver à bout de ces violences qui endeuillent cycliquement le M’ZAB. Mais force est de constater que la visite du premier Ministre Monsieur Abdelmalek SELLAL et du Ministre des affaires religieuses Monsieur Abdellah GHOULAMALLAH, le 12 Janvier 2014 et leurs appels au calme et à la réconciliation, n’ont pas, jusqu’à présent, apporté la paix tant attendue.

Les problèmes à traiter en urgence par l’Etat et le gouvernement sont, à notre avis, relatifs à l’amélioration des conditions de vie des populations locales et la création de l’emploi. Mais pour rétablir la paix il est impératif de :

  • Prendre en charge et indemniser correctement, dans les plus brefs délais, tous les sinistrés qui ont vu leurs biens pillés, saccagés et/ou incendiés.
  • Juger les éléments des forces de l’ordre et les autorités locales coupables de racisme et de discrimination.
  • Mettre fin à l’impunité des coupables conduisant à leur récidive, ainsi qu’aux activités des groupuscules de débauche et de trafic de stupéfiants qui sèment la terreur et qui font de Ghardaïa une plate-forme tournante de ce trafic.
  • Démanteler les courants de pensées extrémistes et mettre fin aux appels incendiaires de représentants de certains quartiers et aux discours violents, discriminatoires à l’égard de la Communauté Mozabites et au rite Ibadite.
  • Poursuivre les medias qui distillent la haine et sèment la discorde par des articles diffamatoires, qualifiant ce conflit de religieux et d’ethnique et accusant les Mozabites de séparatisme.
  • Créer de l’emploi aux jeunes désœuvrés résignés à vivre dans un désert aride, souffrant de chômage et de manque d’infrastructures, de loisirs et de centres culturels…
  • Soulager les villes de la surpopulation dont elles souffrent pour atténuer la pression démographique en croissance constante. Lutter contre la crise de logement et la gestion catastrophique du foncier dans cette région.

Nous exhortons l’Etat algérien à agir rapidement et avec la plus grande fermeté pour rétablir la paix et éradiquer cette délinquance qui endeuille cycliquement les cités du M’ZAB, à parachever et à instaurer un Etat de droit, avec une justice forte et digne afin de rétablir la confiance dans les institutions de l’Etat.

Nous appelons à la libération de tous nos détenus arrêtés dans leur propre quartier, forcés à défendre leurs familles et leurs biens contre des criminels protégés par les forces de l’ordre – sept d’entre eux ont été interpelés à l’hôpital, alors qu’on leur prodiguait les soins d’urgence.

Par le rétablissement de la justice, cette région redeviendra un havre de paix et de tolérance vis-à-vis de la diversité culturelle et linguistique à l’instar des autres régions du pays. En traitant les questions sociales et économiques, notre pays pourra espérer rendre cette région prospère et florissante.

Nous réaffirmons encore une fois notre attachement indéfectible et celui de tous les habitants de notre région à l’unité nationale, à l’indivisibilité du territoire. Jaloux de l’indépendance de l’Algérie chèrement acquise, nous rappelons que nous ne tolérerons aucune ingérence étrangère d’où qu’elle vienne dans les affaires intérieures de notre pays.

 

Pour le Collectif

Le coordinateur,

Abdallah ZEKRI

format image

C.M.E Communiqué n° 02-14_Page_1

 

C.M.E Communiqué n° 02-14_Page_2

About ilyes

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :